Martine Storti

Actualité de Maupassant

Actualité de Maupassant
Nous assistons, certes, depuis quelques années à un déplacement de la conscience. La morale change. La morale est pareille aux bancs de sable des rivières : elle se promène ; elle est tantôt ici et tantôt là, s’élève en montagne au-dessus du courant des moeurs et des instincts, forme des obstacles infranchissables en certains points ; puis s’aplanit et l’onde humaine se remet à couler librement, barrée plus loin par une dune mouvante.

Lire la suite...

A propos des 40 ans du MLF

http://www.bm-lyon.fr/spip.php?page=video&id_video=485

Cathy Bernheim : Sisterhood is powerful

Texte que je trouve très beau et que j’aime écrit par Cathy Bernheim en préface du festival « Sisterhood is powerful » que le centre audiovisuel Simone de Beauvoir présente au Latina (Paris) du 7 au 10 octobre

SISTERHOOD IS POWERFUL
to delphine, with love
Avant l’hommage que va lui consacrer la Cinémathèque française (du 22 septembre au 11 octobre), le Centre audiovisuel Simone de Beauvoir tient à associer Delphine Seyrig à cette programmation consacrée à la lutte des femmes pour leur libération.
Voici 20 ans que Delphine est partie.

Lire la suite...

La colonie Marivaux

La Colonie pièce en un acte de Marivaux (1750)    Marivaux féministe… ARTHENICE  Venons à l'esprit, et voyez combien le nôtre a paru redoutable à nos tyrans ; jugez-en par les précautions qu'ils ont prises pour l'étouffer, pour nous empêcher d’en faire usage ; c'est à filer, c'est à la quenouille, c'est à l'économie de leur maison, c'est au misérable tracas d'un ménage, enfin c'est à faire des noeuds, que ces messieurs nous condamnent.   UNE FEMME Véritablement, cela crie vengeance. ARTHÉNICE Ou bien, c'est à savoir prononcer sur des ajuste­ments, c'est à les réjouir dans leurs soupers, c'est à leur inspirer d'agréables passions, c'est à régner dans la bagatelle, c'est à n'être nous-mêmes que la pre­mière de toutes les bagatelles ; voilà toutes les fonc­tions qu'ils nous laissent ici-bas , à nous qui les avons polis, qui leur avons donné des moeurs, qui avons corrigé la férocité de leur âme ; à nous, sans qui la terre ne serait qu'un séjour de sauvages, qui ne...

Lire la suite...

« Trois guinées » Virginia Woolf

« Dites-nous, s’il vous plaît, pourquoi vous ache­tez trois quotidiens et trois hebdomadaires ? — Parce que, répondrait-elle, je m’intéresse à la politique et je désire être au courant des faits. — Un désir tout à fait remarquable, madame, mais pourquoi trois ? Ne sont-ils pas d’accord sur les faits ? Et s’il en est ainsi, pour­quoi trois ? » À quoi elle répondra, avec quelque iro­nie : « Vous prétendez être une fille d’homme cultivé, et vous prétendez cependant ignorer les faits. En gros, vous semblez oublier que chacun de ces journaux est financé par un conseil d’administration. Que chacun de ces conseils d’administration a sa propre politique. Que chaque conseil d’administration emploie des écri­vains pour diffuser cette politique; et s’ils ne sont pas d’accord avec cette politique, ces écrivains, ne l’oubliez pas, se retrouveront dans la rue, au chômage. C’est pourquoi, si l’on tient à connaître le moindre fait politique, la lecture d’au moins trois journaux dif­férents est indispensable. Il nous faudra comparer au moins trois versions du même fait pour parvenir à notre propre conclusion. D’où ces trois journaux sur ma table. »

Lire la suite...

Histoire… Etrangers… Féminisme…2 avril 2010

 En bloc-notes de ce début d’avril, deux belles tribunes et un entretien publiés dans Le Monde Christophe Deltombe, François Soulage, Patrick Peugeot dans Le Monde du 1er avril : code des étrangers, un durcissement supplémentaire, sous couvert de l'Europe  Arlette Farge dans Le Monde du 31 mars : Transmettre le passé afin d'interroger ce qu'il y a de cassé dans notre nation Liliane Kandel dans Le Monde du 12 mars : "Le centre de gravité du féminisme s'est déplacé"    

Lire la suite...