Martine Storti

Et ils résumèrent leur vie…2012

Dans le numéro de juin 2012 de La revue LA FAUTE A ROUSSEAU

« Et ils résumèrent leur vie »

Mon premier livre, il y a une quinzaine d’années : une autobiographie politique, ainsi titrée Un chagrin politique.Autobiographie politique ? Soit : reprendre un cheminement, de pensées et d’actions. D’engagements. De combats. Dire pourquoi ceci et pourquoi cela. Du moins le tenter. A la fois raconter, transmettre, rendre des comptes. En faire aussi. Et au moment des comptes, à l’entrée de la cinquantaine, dire : un chagrin. Ah bon, on peut éprouver un chagrin politique ! Deux sens : éprouver du chagrin à cause de la politique. Et que ce chagrin soit en lui-même politique, car somme toute, si l’on éprouve du chagrin, c’est que l’on n’est pas complètement résigné, insensible, inerte.

Lire la suite...

L’orageuse liaison du socialisme et des femmes. Juin 1981

Article in F magazine Juin 81
L’orageuse liaison du socialisme et des femmes
La gauche et les femmes : historiquement, une succession le rendez-vous décevants. En sera-t-il autrement cette fois, à l’heure où la France donne sa chance aux socialistes ? La réponse dans les mois qui viennent.

« L’année prochaine doit être pour les femmes ce que fut le Front populaire pour la classe ouvrière : l’année de la libération. » Qui a dit cela ? François Mitterrand. Quand ? Lors de sa première candidature à l’Elysée. Le grand vainqueur d’aujourd’hui accomplira-t-il l’ambition du perdant de 1965 ? En 1981, les femmes qui, dans l’intervalle, se sont activement occupées de leur libération, savent bien qu’une année n’y suffit pas. Mais le présent et l’avenir de la « moitié du ciel » peuvent avantageusement s’éclaircir si le ciel tout entier s’en mêle. Pendant le septennat giscardien, les Françaises ont été séduites et abandonnées. Qu’en sera-t-il sous la présidence de François Mitterrand?

Lire la suite...

Article dans la revue Gauche 1984

UN ARTICLE DANS LE NUMERO DE LA REVUE GAUCHE (Novembre-décembre 1984)

Mis en ligne février 2012
Ci-dessous un article écrit en 1984. Mise en garde donc contre le libéralisme. Mais il a fallu presque 30 ans pour que la critique du libéralisme économique soit prise un peu au sérieux, devienne même une antienne, y compris de la part de ceux qui en avaient vanté les vertus, et pas seulement à droite. 30 ans ou presque, soit le temps mis pour qu’on prenne conscience des ravages du capitalisme, lorsqu’il est livré à lui-même et qu’on le laisse aller au bout de lui-même.

Lire la suite...

MLF et chansons

40 ans de MLF en chansons
Chansons et MLF : un assemblage qui se noue dès le début, comme si l’une des meilleures manières de dénoncer oppression et oppresseurs, était de le faire en chansons. Pour critiquer, refuser, se moquer, oui, mais pas seulement. Aussi pour affirmer une fierté d’être femme, la joie de se mettre en mouvement, le plaisir d’être ensemble…

Lire la suite...

Le féminisme à l’épreuve des mutations géopolitiques 2010

Mon intervention lors du congrès international : Le féminisme à l’épreuve des mutations géopolitiques (Décembre 2010)
Ce congrès se tient dans le cadre des « 40 ans du MLF », anniversaire célébré au long de cette année 2010. Il n’était pas écrit à l’avance que les 40 ans du MLF serait objet et sujet d’un anniversaire. A-t-on fêté les 10 ans, les 20 ans, les 30 ans ? Non, tandis qu’à chaque décennie revenait la célébration de mai 68. Il y a eu les « 40 ans du MLF » parce que quelques-unes l’ont décidé. C’est ainsi : les « 40 ans » furent avant tout le fruit d’une décision. Et parce que cette décision a été prise, d’autres, nombreuses, multiples ont suivi : décisions de faire des expositions de photos, de projeter des films et des vidéos, d’écrire des livres, de réaliser des documentaires, des émissions de radio et de télévision, d’organiser des débats, des journées d’études, des rencontres, de se rassembler dans les rues ou sur une esplanade, de créer un blog, de faire des fêtes ou, nous y sommes, de se réunir en congrès.

Lire la suite...

Discours de soutien Martine Aubry

Intervention au meeting de Martine Aubry, Lille, 13 octobre 2011

Puisque je viens d’être présentée comme une militante féministe, et même un peu canal historique, vous vous attendez sans doute à ce que je dise : je vote Martine Aubry parce qu’elle est une femme. Eh bien non, autant le dire d’emblée, je ne vote pas Martine Aubry parce qu’elle est une femme. En effet le fait d’être une femme n’est pas suffisant, ce n’est pas en soi une garantie de progrès, de justice. Ainsi Marine Le Pen est une femme et jamais je ne voterai pour elle.

Lire la suite...