Mots clés : islamisme

11 avril 2016 Entretien à propos de mon livre Sortir du manichéisme

Entretien avec Annie Sugier et Brigitte Marti sur le site 50-50 magazine
Quelles étaient vos motivations pour écrire le livre ? Trop d’incohérences dans le circuit médiatique et les amalgames en tout genre ?

Ecrire ce livre est devenue une nécessité pour moi après les attentats de janvier 2015 contre Charlie Hebdo et contre l’Hyper Cacher. Avec les manifestations en réponse à ces attentats, on a parlé d’un «esprit du 11 janvier».

Le 11 janvier, des millions de femmes et d’hommes avaient exprimé certes un refus du terrorisme, de l’intégrisme islamique, de la barbarie. Mais elles exprimaient plus qu’un refus, elles exprimaient un besoin et même une exigence de solutions, avec la conscience que celles-ci ne passaient pas par des oppositions sans cesse réactivées mais par la mise en commun et en œuvre de principes politiques, par-delà des religions, les couleurs de peau, les origines. Il fallait retrouver l’action politique, pour construire quelque chose.

Lire la suite...

Sortir du manichéisme

Mon nouveau livre en librairie depuis le 3 mars 2016 SORTIR DU MANICHEISME

APRES CHARLIE, APRES LE 13 NOVEMBRE, APRES COLOGNE

Un livre pour celles et ceux qui sont fatigués des intimidations, des oppositions binaires, des affrontements dogmatiques. Autant d’affaiblissements face aux assassins. Autant d’impasses qui empêchent de penser le présent.

Lire la suite...

Pauvre Badiou

Dans un long papier (Le Monde du 28 janvier 2015) Alain Badiou nous explique que, « le monde est investi en totalité par la figure du capitalisme global » et qu’en conséquence, la « version libérale de l’Occident », la « version autoritaire et nationaliste de la Chine et de la Russie », la « version théocratique des Emirats », ne sont que des versions du « même monde réel ». On aimerait savoir ce qu’en pensent les femmes et les hommes qui vivent dans les différents pays ou zones cités. Quoique cette pensée ne doit guère intéresser Alain Badiou puisque de toute façon la pièce historique qui se joue est un « trompe l’œil ». Au début des années 30 du siècle dernier, le parti communiste allemand considérait lui aussi que la social-démocratie et le national-socialisme étaient les deux faces d’un même monde et estimait donc inutile de s’allier avec des « sociaux-traitres » pour empêcher l’arrivée d’Hitler au pouvoir. Le résultat de cette...

Lire la suite...

Esprit du 11 janvier, es-tu (encore) là ?

Si les assassinats de janvier ont été commis en France, s’ils ont été accomplis par des Français, il ne faut pas pour autant oublier qu’ils renvoient à des enjeux internationaux et à des mouvements politico-religieux qui n’ont pas que la France et des Français dans leur ligne de mire. Ni qu’il existe des réseaux djihadistes organisés, des milices constituées, une politique qui a des objectifs précis ciblant des pays européens et peut-être l’Europe en tant que telle.

Le terrorisme et la barbarie islamistes, sous différentes appellations, ont déjà commis des attentats dans d’autres pays du monde, à commencer par celui du 11 septembre 2001 contre les Etats-Unis, tandis qu’ils tuent, violent, enlèvent, réduisent en esclavage chaque jour dans plusieurs endroits de la planète.

Pourtant au cours de ce mois de janvier le débat en France est devenu très vite presque exclusivement franco-français, comme si le moment politique n’était que franco-français alors qu’il est international. Et devenant franco-français, il s’est immédiatement installé, je devrais plutôt dire rabattu sur des polémiques présentes antérieurement.

Lire la suite...

Robert Redeker (5 octobre 2006)

J’ai signé l’une des pétitions de soutien à Robert Redeker, celle qui émane de Respublica. Je juge nécessaire de donner cette précision car à mes yeux, toutes les pétitions qui circulent sur le sujet ne se valent pas. Et même, dans la pétition de Respublica, certaines phrases me déplaisent. Quoi qu’il en soit, on aimerait bien qu’un soutien à Redeker ne soit pas taxé d’islamophobie. On aimerait aussi qu’une prise de distance avec le contenu de son article du Figaro et au-delà avec sa conception du rôle d’un intellectuel (telle qu’elle transparaît à travers certaines de ses  tribunes) ne soit pas considérée comme une caution apportée aux lanceurs de fatwa. S’il faut en effet soutenir inconditionnellement Redeker, compte tenu des menaces qui pèsent sur lui, (je suis d’accord avec ce que les pétitions et les divers textes parus sur le sujet disent quant à la laïcité, au droit de soumettre un texte religieux à la critique, au droit au non respect des religions etc.), j’estime...

Lire la suite...