Dans les derniers jours de 2006 (scène française)

Donc Johnny Halliday estime qu’il paye trop d’impôts en France et après avoir tenté de devenir belge, il décide de s’installer en Suisse (après certains autres, il faut le rappeler). A ce sujet, tribune intéressante dans Le Monde du 23 décembre. Bruno Kern, avocat, y souligne que mister Hallyday ne crache pourtant pas sur l’argent public puisqu’il lui est arrivé de faire financer ses tournées par les collectivités territoriales. Ainsi les fans de Johnny payaient deux fois : une fois comme contribuable, une fois comme spectateur. 

Pascal Sevran, lui, comme Johnny rallié à Sarkozy (après avoir été d’une mitterrandolâtrie dégoulinante) juge que "la bite des noirs est responsable de la famine en Afrique" et que «  l'Afrique crève de tous les enfants qui y naissent sans que leurs parents aient les moyens de les nourrir. Je ne suis pas le seul à le dire. Il faudrait stériliser la moitié de la planète!".

Articles, commentaires, scandaleux, raciste etc. Oui, tout cela a été dit, souligné, répété, puis oublié, comme si, finalement, ce n’était pas si grave, pas si inquiétant.

Certains évêques et catholiques s’en sont pris au Téléthon (collecte de fonds pour la recherche sur les maladies génétiques) qui favoriserait les expérimentations sur les embryons humains. Rien de bien nouveau dans cette hostilité à la science (Galilée) ou aux découvertes qui permettent de guérir des maladies ou d’améliorer les vie des gens (par exemple opposition à l’avortement et à la contraception). Dans ce cas aussi, lever de boucliers, polémique… Mais pour peu de temps. L’affaire aurait sans doute duré plus longtemps si les critiques avaient émané de musulmans !

Quai de Valmy et quai de Jemmapes, le long du canal Saint-Martin à Paris, une enfilade de petites tentes rouges, plantées là par une l’association « Les enfants de Don Quichotte » afin d’alerter sur la situation des SDF. Les ADF (avec domicile fixe) sont invités à venir passer une nuit aux côtés des sans-abri pour savoir ce que c’est, dormir dehors, l’hiver etc. On ne sait si cela apporte beaucoup aux malheureux qui se tapent la rue jour et nuit. Mais il est certain que les « bien logés » en tirent grand profit. La presse rapporte leurs propos : « expérience intéressante », « mes enfants sont fiers de moi », « quelque chose d’authentique dans un monde de plus en plus factice »… On se demande pourquoi la démarche n’est pas inverse : que les sans logis aillent, pour une nuit et même plusieurs, chez les « bien logés ». Y aurait-il autant de candidats à la solidarité et à l’authenticité ? Pas sûr.

Bernard Kouchner déclare que si Sarkozy, élu président de la République, l’appelait dans un gouvernement d’Union nationale, eh bien, il ne dirait pas non. Quelles tristesse ! Enfin le cher Bernard se rattrape dans une tribune, excellente, que publie Le Monde (27 décembre) « Au Darfour, des massacres et du pétrole ». Oui la situation au Darfour est terrible, oui nous ne faisons rien. Ou si peu. Et une tribune, ce n’est pas grand chose.

Calais. Sangatte fermé. Réfugiés, clandestins, migrants, émigrés, on peut les appeler de diverses manières, sont toujours là. Epouvantables conditions de vie. Je sais, je suis allée les voir. Et j’écrirai plus longuement sur ce sujet. Attente de passage en Angleterre. Faim. Froid. Flics aux trousses. La merde totale. Un tout petit peu atténuée par l’action d’associations et de bénévoles. Dans la nuit du 25 au 26 décembre, une vingtaine de Pakistanais agressés violemment par des Afghans.
Il est interdit de désespérer.