Catégorie Nouveautés

Les affabulations de Catherine Clément sur mai 68 (1er mars 2009)

« Dans le TGV qui m’emmène à Marseille, je lis « Mémoire » de Catherine Clément qu’un ami, sachant que j’avais eu C.C. comme prof de philo à la Sorbonne m’a offert pour ma fête. Quand à l’approche d’Avignon la grisaille a laissé place au soleil, j’en suis à mai 68, stupéfaite alors de lire que les AG de philo se tenaient à Jussieu et que les étudiants de philo, « à l’unanimité, votèrent la destruction du savoir bourgeois, il fallait brûler les livres, tous les livres! » Ah non, pas une seule AG de philo à Jussieu, elles se tenaient soit dans un amphi de la Sorbonne, soit dans un amphi de Censier et quand la Sorbonne puis Censier furent fermés, elles continuèrent une bonne partie du mois de juillet – singulière obstination des philosophes – au CHU de la Pitié-Salpêtrière. Quant à cette histoire de vote « unanime » pour des « buchers de livres », je me demande bien d’où elle sort. Que les ou plutôt des étudiants de philo aient...

Lire la suite...

Fortis, Dexia, AIG et Action contre la faim (20 octobre2008)

Les commentaires sont inutiles !  17 septembre : prêt de 85 milliards d'euros par la réserve fédérale américaine, à l'assureur AIG  en faillite. Du 24 au 28 septembre, des dirigeants de la dite société d'assurance s'assurent un séminaire dans un complexe luxueux de Californie, le St-Regis de Monarch Beach, pour un montant de 443.343,71 dollars, dont près de 200.000 pour payer les chambres (à 1.000 dollars la nuit ou plus), et plus de 150.000 dollars pour les repas, ainsi que 23.000 dollars de "soins de remise en forme", selon le démocrate américain Henry Waxman auditionné par la commission de la transparence et de la réforme du gouvernement de la Chambre des représentants. Octobre : la FED rajoute 40 milliards d'euros, car les 85 milliards précédents ne suffisent pas.    6 octobre : 6 milliards d'euros mis par l'état français pour "sauver" Dexia. 9 Octobre : dîner à l'hôtel Paris de Monaco, dans la salle Empire, pour des "membres du comité de direction et des cadres...

Lire la suite...

Le MLF, 40 ans cette année ou dans deux ans? 10 octobre 2008

Est-ce en octobre 1968 que le MLF a été créé, comme l'affirme en ce moment Antoinette Fouque racontant à qui veut l'entendre sa version légendaire, un appartement parisien, petit certes mais chic puisque prêté par Marguerite Duras, quelques femmes qui se réunissent en octobre 68 et qui fondent, mais oui fondent, c'est le mot utilisé, le MLF?  Comme un bon nombre de médias d'une part ne prêtent qu'aux riches, ce qui est le cas d'Antoinette et des Editions des femmes (richesse symbolique et richesse réelle) et sont paresseux, ils répètent la version légendaire. Rien d'étonnant. Depuis des années, des décennies maintenant, Antoinette Fouque a réussi à persuader pas mal de gens, surtout des gens à pouvoir, à notorièté, à réseaux, à surface médiatique (parce qu'elle a bien compris ce qu'était le fonctionnement réel de la socièté réelle) qu'elle était la fondatrice de tout, du Mouvement de libération des femmes, de leur libération elle-même et pourquoi pas des femmes aussi.C'est ainsi. C'est gros, c'est ridicule (puisque un "mouvement"...

Lire la suite...

Mai 68, quarantième.Eh bien, chantons( mars 2008)

Les cérémonies du quarantième anniversaire ont donc commencé ! D’abord une seule envie, se taire, ne rien dire de Mai 68 au printemps 2008, se féliciter d’en avoir dit, écrit quelque chose deux ans plus tôt, dans un roman, « 32 jours de mai ». Et puis, quand même, face à la déferlante, et l’on n’est qu’en mars, quelques mots. Notamment pour saluer la tribune de Pierre Bergounioux, Nous les sexagénaires aux 40 printemps, publié par Le Monde du 29 février. Très beau texte qui dit que ce contre quoi nous nous battions en 68 est encore « ce qui se donne pour la réalité ». En conséquence, « …ce n’est pas impunément qu’on revient en arrière ou qu’on s’immobilise. La démoralisation, l’abaissement et l’altération du facteur subjectif, l’envie de crier ou de pleurer qu’on se surprend, dix fois par jour, à réprimer dans la rue, au travail, dans le métro ou les travées de la grande surface, au stade, en lisant le journal ou devant la télévision, n’ont pas d’autre...

Lire la suite...

Sarkozy, Kadhafi, Rama Yade, Kouchner… 12 décembre 2007

  Kadhafi a fait des progrès, la Lybie n’est plus un état voyou, ou terroriste, on peut discuter avec le colonel, il faut l’aider à progresser encore etc. C’est ce que nous disent, nous répètent les tenants de la realpolitik qui, quand même, veulent, un peu, un tout petit peu, enrober les contrats, les chèques, les milliards d’un papier écran. Cette visite à Paris, cette réception avec tapis rouge, gardes républicains, dîner à l’Elysée déshonore la France, nous disent les autres qui rappellent, eux, les attentats, la prise d’otage des infirmières bulgares, l’absence de démocratie, le non-respect des droits de l’homme, les prisonniers politiques, l’antisémitisme etc. Mais pas un mot, pas un seul mot dans les communiqués, pétitions, déclarations sur ce qui est sans doute l’une des raisons, sinon la principale, de la réhabilitation du colonel Kadhafi sur la scène internationale, à savoir la manière dont la Libye traite les émigrés subsahariens, pour la plus grande satisfaction de la plupart des pays européens et de...

Lire la suite...

L’Arche de Zoé, le Quai et l’humanitaire. 1er Novembre 2007

Je ne dispose d’aucune information particulière à propos de cette histoire de l’Arche de Zoé. Je ne sais que ce qui est sur la scène publique. Et il se peut que tout n’y soit pas. Il se peut donc que cette affaire ne soit pas aussi innocente, naïve qu’on le prétend, à la fois du côté de l’ONG et du côté du gouvernement français.
Il se peut par exemple qu’elle ne soit que la face visible de manœuvres diverses visant à déstabiliser le ministre Bernard Kouchner, tant plus d’un au Quai d’Orsay ont en travers de la gorge le fait qu’il soit devenu ministre des Affaires étrangères (et ce qui les agace, ce n’est pas ce ralliement d’un homme de gauche à la droite, dont ils se fichent comme de leur premier TD (télégramme diplomatique) mais bien davantage son passé de french doctor, ou ses positions sur le Darfour ou sa conception de l’humanitaire et du droit d’ingérence). Il se peut aussi, à l’inverse, que le ministre des Affaires étrangères, ou son cabinet, ou sa secrétaire d’Etat ait favorisé l’opération avant d’en comprendre les dangers.

Lire la suite...

Kouchner, new York et police française 8 octobre 2007

Les éminences qui étaient au Cirque d’hiver (voir bloc-note précédent), on ne les a pas beaucoup entendues à propos des tests ADN destinés à prouver la vérité de la filiation de celles et ceux qui demandent à s’installer en France au titre du regroupement familial. Bernard Kouchner, par exemple, a certes indiqué qu’il n’était pas d’accord avec la mesure proposée, mais sans que pourtant « il en soit indigné ». S’il l’était, indigné, notre dignitaire démissionnerait. Pour le moment, sa dignité, il la met dans sa fonction de ministre du gouvernement Sarkozy (car on ne peut pas parler de gouvernement Fillon.) Et après avoir dignement dansé le sirtaki au Cirque d’hiver, il est allé dignement courir dans les rues de New York avec le président de la République française. Sur la photo que Le Monde a publié dans son édition du 24 septembre, on les voit tous les deux, côte à côte, en short et tee-shirt, on ne voit pas bien le tee-shirt blanc du ministre des Affaires...

Lire la suite...

Henri Weber, Fabienne Servan-Schreiber et les autres…6 octobre 2007

Ce fut le grand rendez-vous parisien de la rentrée. Vous n’y étiez pas ? Eh bien, c’est que, comme moi, vous « n’existez pas socialement. » C’est en tout cas ce qu’estime ce pantin de Gérard Miller qui, lui bien sûr, était de la fête, comme, selon Le Monde, des banquiers, des patrons, des ministres, des journalistes, des acteurs/trices, des chanteurs, des éminences de gauche et de droite, des soit-disant opposants à Sarkozy et des membres de son gouvernement… Ce qui ressort de cette très courue fête parisienne – le mariage de Henri Weber, ex militant de la ligue communiste révolutionnaire devenu socialiste et fabiusien, avec Fabienne Servan-Schreiber célébré au Palais d'hiver, pardon au Cirque d'hiver – c’est que ce qui est pensé, ce qui est dit, ce qui est fait, ne compte pas. Les idées, les mots, les actions n’ont aucune importance. Ce qui compte, ce qui a de la valeur, c’est d’en être. C’est d’avoir la surface sociale, la notoriété médiatique, le pouvoir – et qu’importe sur...

Lire la suite...

Ségolène Royal, le prix à payer 25 juin2007

Première remarque : on a bien compris que le mot d’ordre dans les hautes sphères du parti socialiste était : tout sauf Ségolène. On a compris aussi que tous les moyens allaient être utilisés pour la liquider et que tous les coups étaient permis (d’ailleurs, cela ne fait que confirmer ce que l’on avait compris dès le 6 mai au soir, comme je l’ai indiqué dans un texte précédent de ce bloc-notes.) On conçoit dès lors que Ségolène Royal n’ait pas eu envie d’assister, au conseil national du PS, à son lynchage programmé. Je pense néanmoins qu’elle aurait dû participer à la séance, même pénible, justement parce qu’elle était pénible et qu’elle devait se prouver à elle-même qu’elle était capable d’affronter un tribunal et de puiser dans cet affrontement des forces et de l’énergie. La vie politique n’est pas plus que la révolution un dîner de gala, comme disait l’autre (Mao). Je me permets cependant de constater que les apparatchiks socialistes ont été beaucoup moins sévères à...

Lire la suite...

Guéhenno, Tomasi, identité nationale, 22 juin 2007

Je suis en train de lire « Journal des années noires », de Jean Guéhenno, chronique qui court de 1940 à 1944. Quelques citations qui n’ont évidemment rien à voir avec la scène française actuelle. 14 Août 1940 : « Ces dernières semaines m’ont été infiniment pénibles, tandis que la sottise s’installait au pouvoir. Clermont était devenu, avec Vichy, le refuge des journalistes, des écrivains, des meneurs de l’opinion, de tout ce qui passe pour penser. Je connaissais beaucoup de gens. J’ai pu voir comment ils se soumettaient aux puissances nouvelles. » Je le redis, rien à voir évidemment avec la scène française de juin 2007.   Alors dans l’actualité de la petite scène française, rire, pour ne pas pleurer toute la journée. Ces derniers jours, ce qui m’a fait rire, c’est : « mi pute mi soumise ». Une autre source de satisfaction, c’est la colère et l’amertume des gens de droite qui voient les postes et places leur passer sous le nez parce qu’ils sont attribués aux gens de gauche ou...

Lire la suite...