Catégorie Nouveautés

Femmes afghanes…Taliban

Résolution adoptée par 200 organisations de défense des droits des femmes et de la société civile afghaneHôtel Intercontinental – Kaboul, Afghanistan, le 25 janvier 2010 Le 28 janvier 2010 va se tenir à Londres une conférence au cours de laquelle sera discuté un plan de négociation avec les taliban. Nous, ici réunis, organisations de défense des droits des femmes et de la société civile afghane, participant à ce rassemblement historique, avons acté les points suivants : 1.      En vertu du fait que les taliban ont de façon permanente violé les droits des hommes et des femmes de notre pays, et ce, pendant et après qu’ils ont été au pouvoir, nous exprimons clairement et fermement notre objection à toute négociation avec les taliban. 2.      Nous voulons la paix et la sécurité dans notre pays, mais nous affirmons que la Constitution afghane et la Déclaration internationale des Droits de l’Homme ne sauraient, en aucun cas, être soumises à un marchandage.3.      Nul, y compris l’Etat afghan, n’a le droit...

Lire la suite...

A propos de l’identité nationale Janvier 2010

Quelques pages extraites de mon livre paru en 2008: "L'arrivée de mon père en France"  Et bien plus tard, tant d’années après l’enfance, alors que l’on venait de s’engager dans les deux dernières décennies du vingtième siècle, une ancienne rengaine fut remise au goût du jour. A nouveau on se mit à entendre ce que d’autres avaient entendu avant-guerre, dans les années trente du même siècle, oui à nouveau, comme dans les années trente, des voix s’élevèrent pour dénoncer ceux qui volent-le-pain-et-le-travail-des-Français, pour affirmer que l’identité nationale était menacée, pour décider ce qu’était être français. Cela commença par un murmure, du côté de Dreux, beffroi 12 ème siècle, église Saint-Pierre du 13ème, chapelle royale Saint-Louis du 19 ème, rues pittoresques, maisons à pan de bois… Et en surplomb, sur les plateaux, des cités aux noms bien de chez nous, Les Chamards, Les prod’hommes, Le lièvre d’or, cités, tours, HLM, et dans ces HLM, des travailleurs, des ouvriers, pas bien riches, qu’ils soient français ou pas...

Lire la suite...

Roman Polanski, Kouchner, Mitterrand…septembre 2009

On peut juger que la récente arrestation de Roman Polanski en Suisse relève non d'un souci de justice mais d'un règlement de comptes helvético-américain qui n'a rien à voir avec Polanski. On peut demander pourquoi cette arrestation maintenant et pas plus tôt alors que Polanski va en Suisse fréquemment, y possédant une maison, nous dit-on. On peut estimer que la justice américaine fait preuve d'acharnement à son égard. Ou que même non jugée une affaire peut être prescrite et que 30 ans est une durée raisonnable. On peut aussi penser qu'après tout, puisque la victime, contre espèces sonnantes et trébuchantes, a retiré sa plainte, il conviendrait d'en rester là. Oui, on peut admettre toutes ces remarques. Admettre ne veut pas dire nécessairement les partager, juste les trouver admissibles, pouvant être prises en compte, sinon en considération. En revanche ce qui est inadmissible, en tout cas moi je me permets de ne pas l'admettre, ce sont les arguments utilisés pour "défendre Polanski". Comment faire ça à...

Lire la suite...

14 juillet, du pain et des jeux (12 juillet2009)

La crise, quelle crise? Vous êtes une association, vous avez un projet, vous espérez une subvention de l'Etat ou d'une collectivité territoriale, n'y comptez pas trop, c'est la crise, les caisses sont vides, nous dit-on, on ne peut plus rien financer, faut se serrer la ceinture… Caisses vides, mais quand même assez pleines pour financer les incontournables fêtes du 14 juillet. Je ne parle même pas du défilé, dont je ne saurais même pas dire le coût, ni de la réception à l'Elysée, ni des diverses réceptions dans les mairies, les ambassades, les consulats… Non je parle des festivités parisiennes, telles que nous les présente Le Monde dans son édition des 12 et 13 juillet. Côté Etat c'est le concert de Johnny Hallyday au Champ-de-mars, choix de la vedette par le président soi-même, 700000 personnes annoncées, coût de l'opération, dit Le Monde, 1,9 million d'euros pris sur les deniers du ministère de la culture. A quoi il faut ajouter les dégâts probables que subiront les...

Lire la suite...

Julien Dray, Pierre Beregovoy, Pierre Berge… 28 juin 2009

Il se peut que Julien Dray, co-fondateur de SOS-Racisme, député socialiste de l'Essonne, ex porte-parole du PS, soit innocent des malversations dont il est soupçonné, soit d'avoir perçu sur ses comptes bancaires personnels des fonds provenant de SOS-Racisme et de la Fédération indépendante démocratique et lycéenne (Fidl). Il se peut aussi que cette accusation soit en fait une "manipulation", ainsi qu'il l'affirme. Je l'ignore. Mon propos n'est pas de savoir si Julien Dray est innocent ou coupable, il est de faire un court commentaire d'un entretien publié par le Nouvel Observateur dans son dernier numéro, et titré "Dray met les pendules à l'heure".    En fait de pendules et d'heure, on est édifié. Si l'on comprend bien, Julien Dray a été obligé d'emprunter de l'argent à ses deux amis de SOS-Racisme parce que son salaire  – 15 000 euros par mois, nous dit-on – ne lui permet pas de faire face notamment à toutes ses charges, notamment de famille, avec trois enfants auxquels, parce qu'il est...

Lire la suite...

Derechef, bobards de Catherine Clément, mars 2009

Après avoir lu, le passage caricatural sur Mai 68, j’avais laissé de côté le bouquin de Catherine Clément, et puis je l’ai terminé aujourd’hui, occupant ainsi cette matinée pluvieuse du 8 mars 2009, et une fois de plus, je n’en ai pas cru mes yeux ! Et ce que j’ai lu m’oblige à de nouvelles rectifications, tant madame Clément raconte n’importe quoi.
Ainsi elle consacre quelques pages au retour de Khomeiny en Iran, au début de l’année 1979 et surtout à la délégation française du comité international du droit des femmes qui en mars 79 se rendit en Iran pour soutenir les femmes iraniennes qui refusaient de porter le tchador.

Lire la suite...

Les affabulations de Catherine Clément sur mai 68 (1er mars 2009)

« Dans le TGV qui m’emmène à Marseille, je lis « Mémoire » de Catherine Clément qu’un ami, sachant que j’avais eu C.C. comme prof de philo à la Sorbonne m’a offert pour ma fête. Quand à l’approche d’Avignon la grisaille a laissé place au soleil, j’en suis à mai 68, stupéfaite alors de lire que les AG de philo se tenaient à Jussieu et que les étudiants de philo, « à l’unanimité, votèrent la destruction du savoir bourgeois, il fallait brûler les livres, tous les livres! » Ah non, pas une seule AG de philo à Jussieu, elles se tenaient soit dans un amphi de la Sorbonne, soit dans un amphi de Censier et quand la Sorbonne puis Censier furent fermés, elles continuèrent une bonne partie du mois de juillet – singulière obstination des philosophes – au CHU de la Pitié-Salpêtrière. Quant à cette histoire de vote « unanime » pour des « buchers de livres », je me demande bien d’où elle sort. Que les ou plutôt des étudiants de philo aient...

Lire la suite...

Fortis, Dexia, AIG et Action contre la faim (20 octobre2008)

Les commentaires sont inutiles !  17 septembre : prêt de 85 milliards d'euros par la réserve fédérale américaine, à l'assureur AIG  en faillite. Du 24 au 28 septembre, des dirigeants de la dite société d'assurance s'assurent un séminaire dans un complexe luxueux de Californie, le St-Regis de Monarch Beach, pour un montant de 443.343,71 dollars, dont près de 200.000 pour payer les chambres (à 1.000 dollars la nuit ou plus), et plus de 150.000 dollars pour les repas, ainsi que 23.000 dollars de "soins de remise en forme", selon le démocrate américain Henry Waxman auditionné par la commission de la transparence et de la réforme du gouvernement de la Chambre des représentants. Octobre : la FED rajoute 40 milliards d'euros, car les 85 milliards précédents ne suffisent pas.    6 octobre : 6 milliards d'euros mis par l'état français pour "sauver" Dexia. 9 Octobre : dîner à l'hôtel Paris de Monaco, dans la salle Empire, pour des "membres du comité de direction et des cadres...

Lire la suite...

Le MLF, 40 ans cette année ou dans deux ans? 10 octobre 2008

Est-ce en octobre 1968 que le MLF a été créé, comme l’affirme en ce moment Antoinette Fouque racontant à qui veut l’entendre sa version légendaire, un appartement parisien, petit certes mais chic puisque prêté par Marguerite Duras, quelques femmes qui se réunissent en octobre 68 et qui fondent, mais oui fondent, c’est le mot utilisé, le MLF?  Comme un bon nombre de médias d’une part ne prêtent qu’aux riches, ce qui est le cas d’Antoinette et des Editions des femmes (richesse symbolique et richesse réelle) et sont paresseux, ils répètent la version légendaire. Rien d’étonnant. Depuis des années, des décennies maintenant, Antoinette Fouque a réussi à persuader pas mal de gens, surtout des gens à pouvoir, à notorièté, à réseaux, à surface médiatique (parce qu’elle a bien compris ce qu’était le fonctionnement réel de la socièté réelle) qu’elle était la fondatrice de tout, du Mouvement de libération des femmes, de leur libération elle-même et pourquoi pas des femmes aussi. C’est ainsi. C’est gros, c’est ridicule (puisque un...

Lire la suite...

Mai 68, quarantième.Eh bien, chantons( mars 2008)

Les cérémonies du quarantième anniversaire ont donc commencé ! D’abord une seule envie, se taire, ne rien dire de Mai 68 au printemps 2008, se féliciter d’en avoir dit, écrit quelque chose deux ans plus tôt, dans un roman, « 32 jours de mai ». Et puis, quand même, face à la déferlante, et l’on n’est qu’en mars, quelques mots. Notamment pour saluer la tribune de Pierre Bergounioux, Nous les sexagénaires aux 40 printemps, publié par Le Monde du 29 février. Très beau texte qui dit que ce contre quoi nous nous battions en 68 est encore « ce qui se donne pour la réalité ». En conséquence, « …ce n’est pas impunément qu’on revient en arrière ou qu’on s’immobilise. La démoralisation, l’abaissement et l’altération du facteur subjectif, l’envie de crier ou de pleurer qu’on se surprend, dix fois par jour, à réprimer dans la rue, au travail, dans le métro ou les travées de la grande surface, au stade, en lisant le journal ou devant la télévision, n’ont pas d’autre...

Lire la suite...