Martine Storti : « A l’époque, les tracts étaient écrits par des hommes mais tapés par les femmes ! »