Décembre 2015 : deux articles sur le Front national et les droits des femmes

Dans L’Humanité du 9 décembre : « Un infini mépris de l’égalité et de la liberté des femmes »

Il y a l’apparence : la nièce, plus jeune, plus radicale, et la tante plus âgée et plus raisonnable qui la corrige. Quand Marion Maréchal-Le Pen annonce qu’elle supprimera les subventions au Planning familial si elle est élue présidente de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, Marine Le Pen, présidente du Front national, rétorque qu’une telle mesure n’est pas au programme du parti qu’elle dirige et qu’au niveau régional d’autres urgences s’imposent. L’ennui, c’est que d’autres têtes de liste pour les élections régionales ont exprimé les mêmes positions que la députée du Vaucluse, notamment Louis Aliot, par ailleurs compagnon de Marine Le Pen.

Quand la petite-fille de Jean-Marie Le Pen se demande, sur les ondes de Radio Courtoisie, pourquoi « il faut se marier à la mairie avant de se marier à l’église, alors que le mariage religieux devrait être possible sans avoir l’autorisation de la République française », ce qui est une prise de position inquiétante quant au pacte républicain, la fille, elle, prétend que son parti est le seul en France à défendre vraiment la laïcité.

Deux lignes au sein du Front national ? Plutôt un partage des tâches politiques, qui permet d’entretenir brouillard et brouillages afin de ratisser large et de plaire aux uns et aux autres. Le FN excelle au jeu politicien ou politicard qu’il ne cesse de dénoncer, l’essentiel étant d’engranger des voix.

S’agissant des droits des femmes, les apparents désaccords masquent une réelle cohérence, ainsi que le montrait le programme du FN pour l’élection présidentielle de 2012, avec en particulier la cohérence d’une politique familiale nataliste. Cohérence aussi quant au travail des femmes, en apparence défendu, en réalité peu promu, puisque les inégalités de salaire qui pénalisent les femmes sont peu dénoncées. Il faut, par exemple, se souvenir des propos de Marie-Christine Arnautu, vice-présidente du FN en 2012 : « Qu’est-ce que vous voulez ? Qu’on égalise les salaires alors que tant de gens sont au chômage ? » On l’aura compris : en période de crise, les femmes n’ont qu’à se tenir à carreau, accepter les inégalités, taire leurs revendications ou… rentrer à la maison. D’ailleurs, c’est ce que l’eurodéputé FN Dominique Martin proposait explicitement en pleine commission des Affaires sociales du Parlement européen, en mars dernier, pour lutter à la fois contre le chômage et « pour donner une meilleure éducation aux enfants, sécuriser les rues » !

Ainsi, ce parti qui prétend se faire le chantre des « abandonnés », des « oubliés » et, pourquoi mégoter, du « peuple », du « vrai peuple », traite les femmes avec beaucoup de désinvolture et de mépris. Il y a en effet infiniment de mépris à parler, à l’instar de Marine Le Pen, d’« avortement de confort », comme si les femmes prenaient plaisir à avorter, ou, à l’instar de Marion Maréchal-Le Pen, de lancer : « L’État ne doit pas payer pour l’inattention des femmes », comme si les femmes étaient seules responsables d’une grossesse non désirée ! À ne pas en croire ses oreilles : voilà une femme de 25 ans qui reprend à son compte l’ancestrale accusation portée contre les femmes, la si vieille culpabilité dont on se croyait définitivement débarrassé.

Le Front national prétend incarner l’identité française et parler au nom du peuple français et pour lui. C’est une tromperie, quand l’égalité entre les sexes et surtout la liberté des femmes, essentielle, sont ainsi récusées.

Il se trouve que ce parti est le seul, sur la scène française, dont les deux figures les plus en vue sont féminines. Un parti dont le programme est le plus régressif. Voilà qui doit au moins nous sauver d’un communautarisme féminin et qui apporte la preuve, s’il en était encore besoin, qu’il ne faut pas confondre, comme cela est trop souvent le cas, politique féminine et politique féministe !

Lien : http://www.humanite.fr/pourquoi-le-front-national-sattaque-t-il-toujours-aux-droits-des-femmes-592089

Sur le site Terriennes (TV5) (10 décembre) : « Martine Storti, écrivaine, féministe, rappelle quelques vérités bonnes à entendre »

http://information.tv5monde.com/terriennes/marine-et-marion-le-pen-ou-le-partage-des-taches-politiques-73515