Mots clés : France

La défense du patriarcat en défense de l’identité française

Mon article sur l’anti-féminisme identitaire d’Eric Zemmour

Dans le réquisitoire permanent que Zemmour dresse depuis plusieurs années, toujours avec les mêmes arguments, répétés de livre en livre, et qui se donne comme une analyse de ce qu’il appelle « la mort de la France » – mort qui relève en même temps d’un suicide et d’un assassinat –, la question des femmes tient une place aussi centrale que celle de l’immigration. L’antiféminisme de Zemmour ne relève pas seulement de la misogynie ou du sexisme, il est une composante fondamentale de ce qu’il préconise pour que la France redevienne ce qu’elle n’aurait jamais dû cesser d’être, selon lui : une nation catholique, sans immigrés et patriarcale. L’identité française se confond avec le patriarcat et la France n’est elle-même que patriarcale. Suite en ligne ou ci-dessous (mais sans les notes de bas de page)

La misogynie et le sexisme d’Éric Zemmour qui irriguent non seulement le livre qui leur est dédié, Le Premier Sexe, publié en 2006, mais aussi les suivants, ont été abondamment soulignés, avec force citations à l’appui, et je ne n’y reviens pas ici. Je veux juste rappeler que Zemmour est différentialiste, partisan d’une différence radicale entre les femmes et les hommes, entre le féminin et le masculin, l’un quasi entièrement négatif à ses yeux, l’autre positif.

Du côté du masculin, le génie, le courage, la création, le sexe sans amour, la virilité identifiée à la puissance, la verticalité, le dur, la prédation énoncée comme une qualité. D’où sa défense de Tariq Ramadan qui aurait été « piégé » et de Dominique Strauss-Kahn dont l’arrestation représente « une castration de tous les hommes français »1. Les femmes vues par Zemmour aiment cette virilité-là, à preuve la manière dont « beaucoup d’entre elles » ont succombé à celle « conquérante des soldats allemands »2. Ou encore leur consentement à être « une proie » pour « celui qui à travers elle améliorera l’espèce » 3. À part ce goût bienvenu pour la virilité, on ne trouve, du côté du féminin, que de la mollesse, du sentimentalisme, de la pusillanimité, une incapacité à créer et j’en passe…

Un grand malheur est hélas arrivé à la différence des sexes telle que la conçoit Zemmour : mai 68. Et, dans sa foulée, les mouvements féministes qui n’ont eu que des conséquences détestables : l’écrasement du patriarcat, la disparition des pères (« père de la nation » et « père de famille »), la mise au ban des jeux de l’amour et de la séduction, la féminisation des hommes sommés de devenir des femmes et des mères comme les autres.

L’État, quant à lui, au lieu d’être un garant de la force de la France, a été remplacé par un « État maternel », donc qui « infantilise » et « culpabilise »4, à l’instar des mères qui ne savent faire que ça, tandis que la France a été féminisée, et même femellisée, devenant ainsi une France qui « se couche »5, autant dire une « pute », vendue au néolibéralisme, à la mondialisation, à l’Europe, à l’Amérique, aux féministes, aux gays, à la théorie du genre, aux antiracistes, aux écologistes, aux bobos, à la « racaille » des banlieues, aux Arabes, aux noirs, aux musulmans…

Et pourtant, s’il ne détestait pas tant ces derniers, Zemmour comprendrait que sa résistance à l’émancipation des femmes n’a rien à envier à celle des islamistes. Mais pour un chantre de la virilité en perdition qui prône un antiféminisme nationaliste et identitaire, ce rapprochement serait quelque peu gênant !
Une rengaine
À juste titre a été rappelée, à propos des diatribes antiféministes du peut-être candidat, leur similitude avec celles des courants dits masculinistes ou de l’ancien président des États-Unis Donald Trump. J’ajoute qu’à bien des égards, elles s’apparentent aussi à celles énoncées à la fin du XIXe siècle, lorsque se conjuguaient quasiment dans un même élan xénophobie, antisémitisme et défense des identités de sexe, soit la dénonciation de prétendues menaces contre l’identité française.   La femme qui fait du vélo, qui porte un pantalon, qui fume, pouvait-on lire à l’époque, ne fait qu’« abandonner sa nature, ce qui ne peut que provoquer la fin de la civilisation »6, tandis qu’un certain Alfred de Ferry, prédisait, dans Un roman en 1915, « un renversement de toutes les valeurs dont la femme émancipée est la plus ridicule mais aussi la plus menaçante des manifestations ». Ce roman publié en 1889 et qui annonçait que le monde en 1915 serait « plus laid » surtout à cause de l’émancipation des femmes et de la dissolution de la différence des sexes qu’elle implique, n’avait pas prévu qu’en effet, en 1915, le monde serait pire mais pour une autre raison !

Je reconnais bien volontiers que Zemmour en rajoute une louche plus actuelle, le consumérisme. En effet dans l’alliance qu’il juge mortifère « du libéralisme économique et du libéralisme sociétal », les féministes avec leurs alliés gays sont coresponsables du développement de la société de consommation et de la financiarisation de l’économie. Les pères d’avant contenaient les pulsions consommatrices tandis que les femmes, elles, sont des agents du consumérisme et donc du grand marché libéral ! Ainsi les femmes qui font souvent et depuis très longtemps le marché et les courses font aussi, qui l’eut cru, le Grand marché !

Ainsi pour Zemmour la fin du patriarcat, la fin de l’identité française, la fin de la France sont des synonymes. La France n’est elle-même qu’impériale et patriarcale. L’empire perdu, d’abord l’empire au sens napoléonien du terme, puis l’empire colonial, restait quand même le patriarcat. Mais l’après mai 68 s’est attelé à sa disparition, les féministes gagnant leur combat, avec le renfort des homosexuels.

L’antiféminisme relève de la défense de la France, il en est une composante essentielle. Et il ne faut pas s’y tromper. Zemmour ne s’en prend pas au féminisme que certain(e)s qualifient de « néoféminisme »7, pour se démarquer de l’intersectionnalité, de l’idéologie décoloniale, du wokisme, ou autres « radicalités ». Ce que vilipende Zemmour, c’est le féminisme universaliste, le féminisme de Simone de Beauvoir, le féminisme des filles du MLF des années 1970 dont les féministes d’aujourd’hui sont les héritières.

Que celles et ceux qui invoquent en boucle l’exhortation de Charles Péguy – « Il faut voir ce que l’on voit et dire ce que l’on voit  » –, soient attentifs à ce point que je viens de souligner.  Car il est étonnant que des politiques, des journalistes, des essayistes, des intellectuel(le)s qui se plaisent à présenter la France comme une « patrie féminine », qui ont rabattu l’égalité entre les femmes et les hommes et plus largement le féminisme sur l’identité française, faisant ainsi fi des combats que des femmes et quelques hommes ont menés pendant des décennies, ne voient pas à quel point l’antiféminisme de Zemmour est « structurel », « systémique » pour reprendre des adjectifs à la mode.

Il faut être aveugle à cette composante essentielle du puzzle zemmourien pour se déclarer partisan du féminisme universaliste et juger en même temps que Zemmour « porte l’angoisse existentielle de nombreux Français » ou estimer qu’il a raison d’affirmer que « la France est en danger de mort »8.

D’ailleurs, bizarrement, ladite France qui était morte à la fin du Suicide français a semble-t-il ressuscité quelques années plus tard puisque désormais il s’agit de « la sauver9». Mais, comme nous le savons, « il n’est pas de sauveur suprême » !

Gilets jaunes, ruses du néolibéralisme, social-démocratie

Se pourrait-il que la conjugaison quasi oxymorique de gilets jaunes, de « gaulois-es ou de non gaulois-es réfractaires », « desouche » ou de « pas de souche » aux multiples branches, et d’un Emmanuel Macron plus dynamique et énergique que ses prédécesseurs signe le début d’un processus permettant de détruire les modalités et les effets les plus détestables de l’actuelle mondialisation, à changer l’Europe, à répondre au défi climatique, à ne pas réduire l’humanité à une machine à produire du cash ?

Lire la suite...

Eric Zemmour, le suicide français et la haine des femmes

Ce sont les pages sur le régime de Vichy qui ont suscité la majeure partie des critiques faites au dernier livre d’Eric Zemmour, Le suicide français. Et à juste titre beaucoup ont pris la parole et la plume pour rappeler ce qu’il convenait, à savoir que, contrairement à ce qu’affirme Zemmour, c’est bien le régime pétainiste qui a envoyé des Juifs de France et des Juifs français dans les camps de la mort. Cette réhabilitation de Vichy n’est pas un accident ou bien une provocation collatérale, elle est en cohérence avec le reste du livre. En effet rendre Vichy responsable, c’est rendre la France responsable, donc la salir, donc contribuer à la détruire. Et tel est bien l’enjeu de ce gros livre : dresser la liste de tous les responsables de « la mort de la France ». Certes, pour Eric Zemmour le déclin de la France remonte à bien des décennies, quasiment deux siècles puisqu’il a commencé avec la défaite de Waterloo et la fin du Premier...

Lire la suite...

A propos de la série Ecoles en France 2006

Article publié en avril 2006 par la revue du CNDP Télédoc
D’avance on s’en était réjoui. Comment ne pas se réjouir, en effet, à la perspective de passer presque quatre heures dans la compagnie d’enfants, de partager un peu de leur quotidien scolaire en pénétrant dans ce lieu si fermé aux adultes, quand ils ne sont pas enseignants, qu’est la classe ? Comment ne pas approuver aussi cette envie, précisée d’emblée dans le commentaire, de comprendre pourquoi, selon ce qu’affirme une enquête de l’OCDE de 2003, « les enfants français sont les plus stressés du monde développé », ou encore pourquoi, c’est le commentaire encore qui le dit, « 15 % des élèves sortent de l’école élémentaire en maîtrisant mal la lecture et l’écriture » ?

Lire la suite...

La déportation des enfants juifs du 20ème (17 octobre 2006)

Quel magnifique travail ! Avant d’utiliser ce qualificatif, j’ai hésité. Etait-il possible, avais-je le droit, d’user de ce mot pour saluer un ouvrage qui dit le malheur, la souffrance, la mort, la saloperie ? Mais il faut l’affirmer et le répèter, c’est un travail magnifique, soit un travail grand et remarquable et admirable que celui qui nourrit l’ouvrage collectif que le comité « Ecole de la rue de Tlemcen » vient de publier sous le titre « Se souvenir pour construire l’avenir. Ils habitaient notre quartier ». « Ils » c’est-à-dire les 1000 enfants du 20 ème arrondissement de Paris qui d’août 1942 à juillet 1944 ont été arrêtés, déportés et presque tous assassinés à Auschwitz. Plus de 1000 enfants du 20ème arrondissement de Paris soit près du dixième des enfants déportés de France, parce que nés Juifs. Peut être ne se souvient-on pas assez que 11000 enfants furent déportés de France, dont 8000 nés en France. Et sur ces 11000, 2000 avaient moins de 6 ans. Dans le 20ème, le plus jeune avait...

Lire la suite...