Mots clés : émancipation

Le peuple aussi mérite le “sociétal”

Tribune que j’ai publiée dans Le Monde (27 décembre 2021)

C’est un refrain : la gauche aurait abandonné le « social » au profit du « sociétal », ce qui expliquerait que « les classes populaires » s’en détournent. Ce cliché qui se donne pour une analyse sociopolitique est repris à la fois par quelques farouches partisans d’un anticapitalisme radical, mais surtout par celles et ceux qui manient quasi quotidiennement cette opposition entre le social, qui serait du côté du peuple, et le sociétal, qui ne serait que du côté, au choix, des « élites », des « bobos », et autres tenants du « gauchisme culturel » ou du « wokisme ».

Le terme « sociétal » recouvre bien des choses souvent mises ensemble avec des formulations différentes selon les auteurs : l’« attention portée aux minorités », les luttes contre les discriminations de sexe, de genre, de sexualités, d’origines, les luttes contre les violences sexuelles, le sexisme, la misogynie, la parité, l’« insécurité culturelle », les enjeux identitaires, sauf celui qui renvoie à l’identité française ! Ce questionnement-là serait en effet très acceptable car il vient, nous dit-on, du « fond du peuple ».

Comment ne pas voir que sont ainsi réactualisées des conceptions que l’on pouvait croire définitivement derrière nous, lorsque les revendications féministes, les luttes contre les discriminations liées au sexe et aux sexualités étaient considérées comme ni importantes, ni sociales, ni politiques ? Le sociétal remplacerait-il « la tare des classes bourgeoises dégénérées », pour reprendre les expressions du procureur Nikolaï Krylenko qualifiant ainsi dans l’URSS stalinienne des années 1930, « l’inversion sexuelle » ? Faudrait-il revenir aux positions du Parti communiste français, aux années où le féminisme était traité de « bourgeois » ? A Maurice Thorez [alors secrétaire général du PCF] déclarant, en 1956, « que le chemin de la libération de la femme passe par les réformes sociales, par la révolution sociale, et non par les cliniques d’avortement » ? A Jeannette Thorez-Vermeersch affirmant que « le birth control, la maternité volontaire, est un leurre pour les masses populaires mais c’est une arme entre les mains de la bourgeoisie contre les lois sociales » et demandant : « Depuis quand les femmes travailleuses réclameraient le droit d’accéder aux vices de la bourgeoisie ? Jamais. »

Une représentation du peuple laide, sombre, triste

Justement, pour les femmes, la séparation entre social et sociétal n’a été et n’est d’aucune pertinence. Dans les enjeux qualifiés de sociaux, elles sont en première ligne : précarité, temps partiel imposé, bas salaires, faible retraite, pénalisation à cause des grossesses, plafond de verre, exploitation d’une main-d’œuvre féminine à l’échelle mondiale. Mais elles sont aussi concernées par les enjeux qualifiés de sociétaux : les violences, le partage du travail domestique, les structures familiales, les grossesses non désirées, le sexisme, les questions d’indépendance, de pouvoir, de reconnaissance… Et ces enjeux, contrairement à ce que certains se plaisent à affirmer, ne concernent pas que les « blanches » ou les « riches », ou les Occidentales.

Or, ce qui se disait dans les années 1950 et contre quoi les mouvements féministes, et plus largement les mouvements d’émancipation, ont dû se battre se retrouve à nouveau brandi en « défense du peuple ». Il y a bien du mépris dans cette idée que ledit peuple, hier comme aujourd’hui, ne serait concerné que par des enjeux économiques, sociaux, et que rien d’autre ne l’intéresserait. Bien du mépris dans cette idée que les droits des femmes, ceux des homosexuels, les nouvelles manières de faire famille ou d’être mère et père, les rapports entre les parents et les enfants, les « stéréotypes de genre », ne le concerneraient pas.

Ces autoproclamés défenseurs du peuple enferment celui-ci dans une représentation laide, sombre, triste ; ils l’identifient à la peur, à l’immobilisme, au repli, au retour vers le passé comme si des membres des classes aisées en étaient exonérés, au désir que tout redevienne comme avant, ainsi qu’on nous le répète chaque jour.

« Du pain et des roses »

C’était quoi « avant » ? Les soixante heures d’usine, malgré les quarante heures légales ; les trois semaines de congés payés une seule fois dans l’année ; les journées devant la machine malgré la grippe ou la bronchite sinon sautaient toutes les heures supplémentaires, celles qui permettaient de mettre du beurre dans les épinards ; les enfants d’ouvriers qui ne voyaient pas souvent les portes du lycée s’ouvrir devant eux ; les avortements sanglants chez la faiseuse d’anges ; la puissance patriarcale, en droit et en fait… Je ne suis pas en train de remonter à Zola, je parle du temps de mon enfance, celui des années 1950.

« Du pain et des roses », voilà ce que réclamaient les ouvrières grévistes de l’industrie textile américaine au début du XXsiècle. « Luttons pour les roses, pas seulement pour le pain », chantaient-elles. Le pain est indispensable, mais les roses ne sont pas superflues, elles sont nécessaires, terriblement nécessaires. Les roses ? C’est-à-dire le droit à la liberté, à l’émancipation, à la maîtrise de sa vie, la beauté, la création, la légèreté, le plaisir d’être. Les roses valent autant que le pain.

Pour le dire dans le langage d’aujourd’hui, le social et le sociétal ont la même valeur. Plutôt que les opposer, ce qui mène à une impasse, préférons souligner leur enrichissement réciproque et fructueux.

Le tableau noir du « féminisme blanc »

D’abord se dire : à quoi bon ? A quoi bon répondre, commenter, critiquer, souligner les omissions volontaires, les caricatures, les amalgames que peut contenir un livre ? Cette question à propos de celui de Françoise Vergès, « Un féminisme décolonial ». Et puis quand même s’y atteler parce qu’il n’est pas possible de laisser sans commentaires les énormités égrenées au fil des pages. La lecture de cet ouvrage m’a plongée dans un mélange de stupéfaction, de colère, de tristesse.

De tristesse surtout. Il est triste en effet qu’une lutte nécessaire, celle qui consiste à combattre en même temps plusieurs formes de domination, d’exclusion, d’inégalités, d’oppression – rapports sociaux de sexe, de race, de classe- passe par tant  de manipulations intellectuelles.

Lire la suite...

A propos de #MeToo et de quelques autres enjeux…

Mon entretien avec Amélie Quentel en ligne sur site Les Inrocks, où il est question de #MeToo, donc de la lutte contre le harcèlement, les violences, mais aussi des bêtises énoncées à son sujet, des confusions délibérément entretenues entre la séduction et le harcèlement,de la stupide opposition entre le “social” et le “sociétal”, mais encore du secrétariat d’Etat à l’égalité femmes/hommes…

Lire la suite...

“Féminisme intégral” et “féminisme décolonial” : deux faces d’une régression/restauration

Le « féminisme intégral » dit : « nous ne voulons pas de cette émancipation-là, car elle est libérale, anti-écolo, soumise à la science, annule la différence des sexes…» Le « féminisme décolonial » dit : « nous ne voulons pas de cette émancipation-là car elle est blanche, néocoloniale, raciste, islamophobe… » N’est-ce-pas s’émanciper de l’émancipation qui est dans les deux cas l’objectif ?

Lire la suite...

Je suis une femme, pourquoi pas vous?

Ce livre, qui reprend une partie des articles que j’ai publiés dans Libération, commence à la fin de l’année 1974, parce que c’est à ce moment-là que je suis entrée à Libération. J’aurais pu dire « devenue journaliste à Libération », mais le mot « entrée » me semble plus adéquat. Certes, on n’entrait pas à Libé comme dans les ordres, cependant on n’y allait pas juste pour être journaliste ou pour avoir un gagne-pain, fort modique d’ailleurs !
Je suis une femme pourquoi pas vous ?
1974-1979 : Quand je racontais le mouvement des femmes dans Libération
Ed Michel de Maule, Mars 2010
EXTRAITS DE L’AVANT PROPOS

Lire la suite...